Morbier : les vins qui lui plaisent

  • Trousseau et morbier

    Morbier 2 mois et demi (fromagerie de Métabief) et Arbois rouge 2007 (cépage Trousseau).

    Le morbier est crémeux, soutenu, sans excès : un fromage de grande qualité affiné avec tendresse. Le rouge est flamboyant, avec un nez plutôt framboise et un goût très subtil de muscade. Doté d’un fort potentiel (bien qu’élevé sans bois), il devrait évoluer sur des notes épicées, plus animales, plus sauvages... La rencontre est évidente, empreinte de respect mutuel : le fromage vire au beurre et vient « arrondir » le vin. Un conseil : ouvrir la bouteille 24 h avant pour que le vin prenne le temps de se libérer.

    Une suggestion de Jacques Puffeney et Marc Janin (voir ses autres accords)

  • Morbier et thé noir

    Morbier du Jura et thé noir d’Inde du Nord

    Les notes subtiles et exotiques du thé noir s’harmonisent à la saveur douce et fruitée du Morbier, dans cette délicate alliance présentée par Lydia Gautier, experte en thé et auteur du livre 1001 Secrets sur le Thé, éditions Prat (2012).

    Une suggestion de La Milk Factory (voir ses autres accords)

  • Gaperon et Rhône rouge

    Gaperon et Côte roannaise du Domaine des Pothiers

    Un accord sur le poivre : celui du fromage allié au caractère épicé du cépage gamay élevé ici sur un sol volcanique.

    Une suggestion de Elise Lemoine (voir ses autres accords)